ente aux enchères d'exception pour une peinture bleu et noir de Pierre Soulages daté de 1975. Copie d'écran/Interenchères
Vente aux enchères d'exception pour une peinture bleu et noir de Pierre Soulages daté de 1975. Par Bertrand de Latour. Copie d'écran/Interenchères

La cote des oeuvres de Pierre Soulages, le peintre sétois centenaire ne  faiblit pas. Bien au contraire ! Les investisseurs artistiques ont été au rendez-vous pour la vente aux enchères à Montpellier  d’un tableau de 1975. 

Pierre Soulages et Bernard Buffet déconfinés à Montpellier
Pierre Soulages  à droite) et Bernard Buffet déconfinés à Montpellier dans une vente de prestige ce samedi 8 mai.(c) hdv Montpellier. Reproduction même partielle interdite.

La vente aux enchères de prestige organisée par les commissaires-priseurs de Montpellier a tenu toutes ses promesses. Le tableau de Pierre Soulages, terminé dans son atelier en avril 1975 a largement dépassé la barre du million d’euros, pour culminer à 1 300 000 € hors frais de vente. Ce qui signifie que l’heureux acquéreur qui était au bout du fil pour mener ces enchères a déboursé   la coquette somme de 1 620 000 €. «C’est une œuvre d’exception achetée à la sortie de son atelier. Il n’est jamais sorti de la collection privée où il se trouvait à Montpellier dans une grande famille très  discrète. Son état est exceptionnel » explique Bertrand De Latour qui a mené les enchères. L’œuvre  de la période bleu et noir du peintre sétois  est parti en 12 minutes  sous tension après une mise à prix à 500 000  €. La vente a connu une plus faible intensité autour d’un million d’euros avant de repartir vers sa destination finale à 1 300 000  € soit les plus belles enchères d’une œuvre de Pierre Soulages de cette dimension en France.

La maison rose de Bernard Buffet 

Vente aux enchères  d'exception pour une peinture  de Bernard Buffet datée de 1982.  vente menée par le commissaire priseur   Bertrand de Latour. Copie d'écran/Interenchères
Vente aux enchères d’exception pour une peinture de Bernard Buffet datée de 1982. vente menée par le commissaire priseur Bertrand de Latour. Copie d’écran/Interenchères

Dans cette même vente  du 8 mai, où les enchérisseurs ne désarment pas, l’œuvre de Bernard Buffet, «  la maison rose au bord du canal » est partie pour 113 000 € (140 120 € avec les  frais de vente). Cette œuvre également acquise en 82 au moment de sa sortie de l’atelier de l’artiste appartenait à la même collection familiale privée de Montpellier. Ces heureux propriétaires ont empoché hier 1 413 000 €.  La vente des autres œuvres (plus de 200  inscrites au catalogue) s’est poursuivie à un niveau normal de valorisation. Ainsi deux lithographies de Picasso, ont-elles été acquises pour 7200 € et 7300 €. A  noter la femme allongée magnifique tableau de  Jean Souverbie a trouvé une nouvelle destination pour 11 100 €. La majorité des enchérisseurs ont opéré depuis leur salon via internet. Ou par téléphone pour les œuvres les plus importantes.