En customisant les bouillottes, Béa les a transformées en accessoires de mode et de confort, notamment le tour de cou chauffant. Photo TopsudNews
En customisant les bouillottes, Béa les a transformées en accessoires de mode et de confort, notamment le tour de cou chauffant. Photo TopsudNews

C’est la  fin de l’hiver chez  Béa, la Diva des  bouillottes. Autrement dit, c’est période de destockage massif dans l’entreprise “Les bouillottes de Béa” qui depuis dix ans, revisite avec talent et  grande inspiration, les bouillottes de grand-mère  pour en faire  un objet de luxe et de raffinement.  L’innovation a maintenant onze ans d’âge et autant de recherches pour décliner cette nouvelle offre en dix modèles qui méritent la curiosité et même carrément l’adoption. Car quoi de plus efficace que la chaleur pour résoudre  une petite lombalgie, un lumbago passager,  des douleurs cervicales. Et ainsi réinventer l’eau chaude.

Réinventer l’eau chaude

Selon les kinés la source de chaleur assure une décontraction des muscles et la réduction des tensions notamment dans la sphère dorsale.  Surtout, avec les saints de glace ( Saint Mamert le 11 mai, Saint Pancrace le 12 mai, Saint Servais le 13 mai) on assiste à un retour du froid et même des gelées que les jardiniers redoutent en plein cycle  végétatif printanier. Et qui répètent, « avant Saint Servais point d’été et après, plus  de gelées ». Mais les plus craintifs redoutent aussi le quatrième de la  bande du froid tardif : Saint Urbain le 25 mai.

La bouillotte  française

Béatrice Leduc, réinventeuse desdites  bouillottes propose une production exclusivement   française dans des ateliers de haut niveau installés à Nîmes, Alès (Gard) et  Roanne (Loire).  Car les bouillottes en caoutchouc haute densité sont livrées dans des présentations textiles de  très  belle facture. Y  compris d’ailleurs en fibre de mérinos   fournie par la  deux fois séculaire  maison De Vian Tyran, de l’Isle-sur-la-Sorgue  (Vaucluse) considérée comme le meilleur atelier de tissage des laines les plus rares au monde. Au catalogue des « bouillottes de Béa »   petite entreprise installée à Pérols au sud de Montpellier (Hérault) on retrouve bien sûr le modèle classique tout le monde connait. Mais, surtout, il y a les nouveaux produits, le tour de cou, un manchon de tissu voire même de fausse  fourrure qui abrite une  inventive  bouillotte cylindrique qui accueille l’eau bouillante pour réchauffer le rachis cervical et même rayonner sur la moitié supérieure  de l’épine dorsale. Les kinés expliquent qu’une source de chaleur permet de décontracter les muscles et d’éliminer les tensions. Bref une  bonne et simple manière de se remettre du mal du siècle : les douleurs dorsales. En attendant la nouvelle collection promise pour l’automne, les remises printanières sur les bouillottes sont particulièrement conséquentes : jusqu’à 75 %.  A partir de 14,90 € .

www.lesbouillottesdebea.com