C’est le dernier week-end de plages dynamiques avec la fréquentation théoriquement limitée à des personnes provenant d’un rayon de 100 kilomètres à vol d’oiseau. Ce samedi, c’est surtout l’accès à la mer pour tous en Méditerranée sauf rares exceptions dans les Bouches-du-Rhône. Ça tombe bien. C’est déjà l’été !

Officiellement, jusqu’à lundi soir 1er juin, les plages sont « dynamiques » cette fameuse invention des idéologues de la nouvelle pensée sanitaire. Entendez par là qu’on ne peut pas s’y allonger sur la serviette pour somnoler, lire, se relaxer. Mais dans les faits, progressivement cette semaine, lesdites plages ont discrètement évolué. Et les agents municipaux chargés de faire la police du mouvement obligatoire et de la verticalité ont, depuis lundi dernier, joué surtout de la persuasion pour que les “allongé(e)s se relèvent, au moins pendant le temps du passage de la patrouille. Les agents n’ont pratiquement jamais verbalisé. « Juste ceux qui poussaient le bouchon un peu loin en refusant notamment d’obtempérer, de se lever » explique-t-on à La Grande Motte, où l’on a testé, avec vif succès les plages thématiques.

La trés médiatique plage partagée de La Grande Motte

Stéphan Rossignol le maire de La Grande Motte et le préfet de l'Hérault Jacques Witkowski devant le plan des emplacements de la plage du Couchant. (c) topsud news
Stéphan Rossignol le maire de La Grande Motte et le préfet de l’Hérault Jacques Witkowski devant le plan des emplacements de la plage du Couchant. (c) topsud news

« L’idée c’est que les gens puisse aussi se poser sur la plage, notamment les familles mais dans un environnement sécurisant » explique Stéphan Rossignol, le maire de la station qui avait inauguré pour l’ Ascension ces fameux 66 espaces délimités par des cordages, à réserver sur le site internet de l’office du tourisme. Les premiers jours, l’office a enregistré plus de 7000 clics. Même si les heureux candidats ayant réussi à réserver ont un peu trop souvent oublié de venir occuper leur emplacement (30 % d’absence les premiers jours). Le dispositif de quatre plages thématiques disparaitra le 2 juin pour revenir à la vie balnéaire d’avant mais les dirigeants ont engrangé une éloquente expérience qui pourrait éventuellement servir en cas de malheur pandémique cet été de grande affluence. Avec en prime une impressionnante opération de promotion médiatique pendant deux jours sur les chaines d’infos en continu et sur tous les supports possibles.

Leucate : plage serviette expérimentale

Pas de sport ni d’activité sur la plage à réservation de Port-Leucate. (c) topsud news

A Leucate dans l’Aude, l’opération « plage reposante sans activité » a aussi connu un très vif succès sur 44 000 mètres carrés pour accueillir jusqu’à 2500 personnes. Là, point d’emplacement délimité mais un placement lorsque la demande est très forte et la capacité de réserver sur place. « Au besoin, si c’est nécessaire, cet été, on peut même élargir la plage. La règle c’est que les groupes jusqu’à cinq personnes soient à l’écart les uns des autres. Et en phase de déconfinement en plage dynamique, il existait aussi une demande la part des familles qui ne voulaient pas être condamnées à marcher toute la journée. La plage cela peut être aussi un moment de repos » explique le maire Michel Py qui a dû batailler ferme avec la préfecture de l’ Aude pour mettre en place cette « expérience ».

Toutes plages ouvertes en Méditerranée

 

Surtout, la bonne nouvelle c’est que les dernières plages encore confinées en Méditerranée sont enfin ouvertes, notamment les criques et les plages de galets de Collioure, celles des lacs des Pyrénées-Orientales (Vinça, Matemale…) et surtout les grandes plages de Frontignan dans l’Hérault, notamment le sublime espace littoral du lido des Aresquiers, sept kilomètres de côte sauvage qui réclame de marcher ou de pédaler pour accéder à ce paradis.