Les  exploitants des  salins de Gruissan et de La Palme (Aude) se frottent les mains. Les fortes chaleurs et surtout l’absence de pluie  de juin à début septembre ont spectaculairement boosté la production de sel de mer sur ces deux sites sauvés de la friche. A quelques jours de la fin de la récolte, Patrice Gabanou qui dirige la production  estime que chaque  salin  pourrait donner cette année 20 000 tonnes. « C’est la meilleure production  depuis des années. Notamment depuis que nous avons redémarré l’exploitation  à Saint Martin de Gruissan. En année normale, on arrive à faire 15 000 tonnes. Mais la météo nous a donné un bon coup de pouce. La sécheresse a du bon, sauf pour les producteurs de vin » explique Patrice Gabanou, l’homme qui a relancé la production de sel dans ces deux communes. En 2004, le géant, Les Salins du Midi estimait que l’exploitation de Gruissan comme de La Palme n’était pas rentable. Ils avaient donc fermé et abandonné le bail de fermage passé avec les mairies pour l’exploitation. Ce jet de l’éponge avait  entraîné la colère des élus, des employés et de Patrice Gabanou,  fils et petit-fils de saunier (celui qui cultive et récolte le sel) alors directeur d’exploitation. En 2009, c’est lui qui, avec trois investisseurs locaux, via la Someval, a relancé Gruissan. ” « Il a fallu, reprendre 40 kilomètres de canaux,  réparer les digues et refaire les tables de production. Tout était à l’abandon » explique-t-il après avoir passé un nouveau contrat de fermage avec la ville de Gruissan. Aujourd’hui, Le salin de Saint Martin est devenu un pôle d’excellence qui annonce pour 2015, un chiffre d’affaires de 3,5 M€.  Car en plus  de la vente de sel (déneigement, sel alimentaire et  fleur de sel), le domaine de Saint Martin est un spot touristique de premier plan : 100 000 visiteurs par saison, qui visite les salins, l’éco-musée et surtout la boutique et le restaurant « La Cambuse du Saunier »  de très bonne réputation. Depuis deux ans, les « sauniers »  de Saint Martin, on juché une brasserie sur le toit d’un hangar d’exploitation. Pour de très bons moments, avec l’acteur Pierre Richard, comme investisseur et aussi comme animateur  de soirées.